今天是:  | 網站首頁 | 法語學堂 | 外語沙龍 | 資料下載 | 法語交流 | 33地圖 | 川師法語 | 法國地圖 | 法語問答 | 電子雜志
    非常感謝熱心會員們一直以來對我們的支持,有了你們的支持,我們才能做得更好!  [admin  2009-06-01]            免費訂閱法語沙龍免費電子雜志,現已經發送135期  [admin  2009-06-01]        
| 動態 | 語法 | 詞匯 | 閱讀 | 寫作 | 翻譯 | 專業四級 | 公共四級 | TEF考試 | 考研法語 | 法語歌曲 | 法語電影 | 法語招聘 | 法語求職 | 商務法語 | 旅游法語 | 交際法語 | 日常信函 |
| 法語字典 | ; 在線學習 | 學習心得 | 疑難解答 | 留學法國 | 法國教育制度 | 法國留學費用 | 法國留學申請 | 法國留學簽證 | 法國留學獎學金 | 法國留學生活 | 法國留學行前準備 | 高中生留學 |
| 簡明法語教程 | 法語語音教程 | 實用初級法語 | 走遍法國 | 新東方法語一月通 | 北外法語教材第一冊 | 美國法語教材 | 法語發音入門 | 法國留學快訊 | 法國留學經驗 | 法國留學熱門專業 |  
您現在的位置: 法語沙龍 >> 法語學堂 >> 法語學習 >> 法語閱讀 >> 正文 用戶登錄 新用戶注冊
MON ONCLE JULES         
MON ONCLE JULES
作者:佚名 文章來源:本站原創 點擊數: 更新時間:2005-04-23 20:01:48
【字體: 】【發表評論】【加入收藏】【告訴好友】【打印此文】【關閉窗口

MON ONCLE JULES

A M. Achille Bénouville.    


    Un vieux pauvre, à barbe blanche, nous demanda l'aumône. Mon camarade Joseph Davranche lui donna cent sous. Je fus surpris. Il me dit :

    - Ce misérable m'a rappelé une histoire que je vais te dire et dont le souvenir me poursuit sans cesse. La voici :


    Ma famille, originaire du Havre, n'était pas riche. On s'en tirait, voilà tout. Le père travaillait, rentrait tard du bureau et ne gagnait pas grand-chose. J'avais deux soeurs.

    Ma mère souffrait beaucoup de la gêne où nous vivions, et elle trouvait souvent des paroles aigres pour son mari, des reproches voilés et perfides. Le pauvre homme avait alors un geste qui me navrait. Il se passait la main ouverte sur le front, comme pour essuyer une sueur qui n'existait pas, et il ne répondait rien. Je sentais sa douleur impuissante. On économisait sur tout ; on n'acceptait jamais un dîner, pour n'avoir pas à le rendre ; on achetait les provisions au rabais, les fonds de boutique. Mes soeurs faisaient leurs robes elles-mêmes et avaient de longues discussions sur le prix du galon qui valait quinze centimes le mètre. Notre nourriture ordinaire consistait en soupe grasse et boeuf accommodé à toutes les sauces. Cela est sain et réconfortant, parait-il ; j'aurais préféré autre chose.

    On me faisait des scènes abominables pour les boutons perdus et les pantalons déchirés.

    Mais chaque dimanche nous allions faire notre tour de jetée en grande tenue. Mon père, en redingote, en grand chapeau, en gants, offrait le bras à ma mère, pavoisée comme un navire un jour de fête. Mes soeurs, prêtes les premières, attendaient le signal du départ ; mais, au dernier moment, on découvrait toujours une tache oubliée sur la redingote du père de famille, et il fallait bien vite l'effacer avec un chiffon mouillé de benzine.

    Mon père, gardant son grand chapeau sur la tête, attendait, en manches de chemise, que l'opération fût terminée, tandis que ma mère se hâtait, ayant ajusté ses lunettes de myope, et ôté ses gants pour ne les pas gâter.

    On se mettait en route avec cérémonie. Mes soeurs marchaient devant, en se donnant le bras. Elles étaient en âge de mariage, et on en faisait montre en ville. Je me tenais à gauche de ma mère, dont mon père gardait la droite. Et je me rappelle l'air pompeux de mes pauvres parents dans ces promenades du dimanche, la rigidité de leurs traits, la sévérité de leur allure. Ils avançaient d'un pas grave, le corps droit, les jambes raides, comme si une affaire d'une importance extrême eût dépendu de leur tenue.

    Et chaque dimanche, en voyant entrer les grands navires qui revenaient de pays inconnus et lointains, mon père prononçait invariablement les mêmes paroles :
    - Hein ! si Jules était là-dedans, quelle surprise ! Mon oncle Jules, le frère de mon père, était le seul espoir de la famille, après en avoir été la terreur. J'avais entendu parler de lui depuis mon enfance, et il me semblait que je l'aurais reconnu du premier coup, tant sa pensée m'était devenue familière. Je savais tous les détails de son existence jusqu'au jour de son départ pour l'Amérique, bien qu'on ne parlât qu'à voix basse de cette période de sa vie.
    Il avait eu, parait-il, une mauvaise conduite, c'est-à-dire qu'il avait mangé quelque argent, ce qui est bien le plus grand des crimes pour les familles pauvres. Chez les riches, un homme qui s'amuse fait des bêtises. Il est ce qu'on appelle en souriant, un noceur. Chez les nécessiteux, un garçon qui force les parents à écorner le capital devient un mauvais sujet, un gueux, un drôle !
    Et cette distinction est juste, bien que le fait soit le même, car les conséquences seules déterminent la gravité de l'acte.
    Enfin l'oncle Jules avait notablement diminué l'héritage sur lequel comptait mon père ; après avoir d'ailleurs mangé sa part jusqu'au dernier sou.
    On l'avait embarqué pour l'Amérique, comme on faisait a lors, sur un navire marchand allant du Havre à New York.
    Une fois là-bas, mon oncle Jules s'établit marchand de je ne sais quoi, et il écrivit qu'il gagnait un peu d'argent et qu'il espérait pouvoir dédommager mon père du tort qu'il lui avait fait. Cette lettre causa dans la famille une émotion profonde. Jules, qui ne valait pas, comme on dit, les quatre fers d'un chien, devint tout à coup un honnête homme, un garçon de coeur, un vrai Davranche, intègre comme tous les Davranche.
    Un capitaine nous apprit en outre qu'il avait loué une grande boutique et qu'il faisait un commerce important.
    Une seconde lettre, deux ans plus tard, disait : "Mon cher Philippe, je t'écris pour que tu ne t'inquiètes pas de ma santé, qui est bonne. Les affaires aussi vont bien. Je pars demain pour un long voyage dans l'Amérique du Sud. Je serai peut-être plusieurs années sans te donner de mes nouvelles. Si je ne t'écris pas, ne sois pas inquiet. Je reviendrai au Havre une fois fortune faite. J'espère que ce ne sera pas trop long, et nous vivrons heureux ensemble... "
    Cette lettre était devenue l'évangile de la famille. On la lisait à tout propos, on la montrait à tout le monde.
    Pendant dix ans en effet, l'oncle Jules ne donna plus de nouvelles ; mais l'espoir de mon père grandissait à mesure que le temps marchait ; et ma mère disait souvent :
    - Quand ce bon Jules sera là, notre situation changera. En voilà un qui a su se tirer d'affaire !
    Et chaque dimanche, en regardant venir de l'horizon les gros vapeurs noirs vomissant sur le ciel des serpents de fumée, mon père répétait sa phrase éternelle :
    - Hein ! si Jules était là-dedans, quelle surprise !
    Et on s'attendait presque à le voir agiter un mouchoir, et crier :
    - Ohé ! Philippe.
    On avait échafaudé mille projets sur ce retour assuré ; on devait même acheter, avec l'argent de l'oncle, une petite maison de campagne près d'Ingouville. Je n'affirmerais pas que mon Père n'eût point entamé déjà des négociations à ce sujet.
    L'aînée de mes soeurs avait alors vingt-huit ans ; l'autre vingt-six. Elles ne se mariaient pas, et c'était là un gros chagrin pour tout le monde.
    Un prétendant enfin se présenta pour la seconde. Un employé, pas riche, mais honorable. J'ai toujours eu la conviction que la lettre de l'oncle Jules, montrée un soir, avait terminé les hésitations et emporté la résolution du jeune homme.
    On l'accepta avec empressement, et il fut décidé qu'après le mariage toute la famille ferait ensemble un petit voyage à Jersey.
    Jersey est l'idéal du voyage pour les gens pauvres. Ce n'est pas loin ; on passe la mer dans un paquebot et on est en terre étrangère, cet îlot appartenant aux Anglais. Donc, un Français, avec deux heures de navigation, peut s'offrir la vue d'un peuple voisin chez lui et étudier les moeurs, déplorables d'ailleurs, de cette île couverte par le pavillon britannique, comme disent les gens qui parlent avec simplicité.
    Ce voyage de Jersey devint notre préoccupation, notre unique attente, notre rêve de tous les instants.
    On partit enfin. Je vois cela comme si c'était d'hier : le vapeur chauffant contre le quai de Granville ; mon père, effaré, surveillant l'embarquement de nos trois colis ; ma mère inquiète ayant pris le bras de ma soeur non mariée, qui semblait perdue depuis le départ de l'autre, comme un poulet resté seul de sa couvée ; et, derrière nous, les nouveaux époux qui restaient toujours en arrière, ce qui me faisait souvent tourner la tête.
    Le bâtiment siffla. Nous voici montés, et le navire, quittant la jetée, s'éloigna sur une mer plate comme une table de marbre vert. Nous regardions les côtes s'enfuir, heureux et fiers comme tous ceux qui voyagent peu.
    Mon père tendait son ventre, sous sa redingote dont on avait, le matin même, effacé avec soin toutes les taches, et il répandait autour de lui cette odeur de benzine des jours de sortie, qui me faisait reconnaître les dimanches.
    Tout à coup, il avisa deux dames élégantes à qui deux messieurs offraient des huîtres. Un vieux matelot déguenillé ouvrait d'un coup de couteau les coquilles et les passait aux messieurs qui les tendaient ensuite aux dames. Elles mangeaient d'une manière délicate, en tenant l'écaille sur un mouchoir fin et en avançant la bouche pour ne point tacher leurs robes. Puis elles buvaient l'eau d'un petit mouvement rapide et jetaient la coquille à la mer.
    Mon père, sans doute, fut séduit par cet acte distingué de manger des huîtres sur un navire en marche. Il trouva cela bon genre, raffiné, supérieur, et il s'approcha de ma mère et de mes soeurs en demandant :
    - Voulez-vous que je vous offre quelques huîtres ?
    Ma mère hésitait, à cause de la dépense ; mais mes deux soeurs acceptèrent tout de suite. Ma mère dit, d'un ton contrarié :
    - J'ai peur de me faire mal à l'estomac. Offre ça aux enfants seulement, mais pas trop, tu les rendrais malades.
    Puis, se tournant vers moi, elle ajouta :
    - Quant à joseph, il n'en a pas besoin ; il ne faut point gâter les garçons.
    Je restai donc à côté de ma mère, trouvant injuste cette distinction. Je suivais de l'oeil mon père, qui conduisait pompeusement ses deux filles et son gendre vers le vieux matelot déguenillé.
    Les deux dames venaient de partir, et mon père indiquait à mes soeurs comment il fallait s'y prendre pour manger sans laisser couler l'eau ; il voulut même donner l'exemple et il s'empara d'une huître. En essayant d'imiter les dames, il renversa immédiatement tout le liquide sur sa redingote et j'entendis ma mère murmurer :
    - Il ferait mieux de se tenir tranquille.
    Mais tout à coup mon père me parut inquiet ; il s'éloigna de quelques pas, regarda fixement sa famille pressée autour de l'écailleur, et, brusquement, il vint vers nous. Il me sembla fort pâle, avec des yeux singuliers. Il dit, à mi-voix, à ma mère.
    - C'est extraordinaire, comme cet homme qui ouvre les huîtres ressemble à Jules.
    Ma mère, interdite, dernanda :
    - Quel Jules ?...
    Mon père reprit :
    - Mais... mon frère... Si je ne le savais pas en bonne position en Amérique, je croirais que c'est lui.
    Ma mère effarée balbutia :
    - Tu es fou ! Du moment que tu sais bien que ce n'est pas lui, pourquoi dire ces bêtises-là ?
    - Va donc le voir, Clarisse ; j'aime mieux que tu t'en assures toi-même, de tes propres yeux.
    Elle se leva et alla rejoindre ses filles. Moi aussi, je regardais l'homme. Il était vieux, sale, tout ridé, et ne détournait pas le regard de sa besogne.
    Ma mère revint. Je m'aperçus qu'elle tremblait. Elle prononça très vite :
    - Je crois que c'est lui. Va donc demander des renseignements au capitaine. Surtout sois prudent, pour que ce garnement ne nous retombe pas sur les bras, maintenant !
    Mon père s'éloigna, mais je le suivis. Je me sentais étrangement ému.
    Le capitaine, un grand monsieur, maigre, à longs favoris, se promenait sur la passerelle d'un air important, comme s'il eût commandé le courrier des Indes.
    Mon père l'aborda avec cérémonie, en l'interrogeant sur son métier avec accompagnement de compliments :
    Quelle était l'importance de Jersey ? Ses productions ? Sa population ? Ses moeurs ? Ses coutumes ? La nature du sol, etc., etc.
    On eût cru qu'il s'agissait au moins des Etats-Unis d'Amérique.
    Puis on parla du bâtiment qui nous portait, l'Express, puis on en vint à l'équipage. Mon père, enfin, d'une voix troublée :
    - Vous avez là un vieil écailleur d'huîtres qui parait bien intéressant. Savez-vous quelques détails sur ce bonhomme ?
    Le capitaine, que cette conversation finissait par irriter, répondit sèchement :
    - C'est un vieux vagabond français que j'ai trouvé en Amérique l'an dernier, et que j'ai rapatrié. Il a, parait-il, des parents au Havre, mais il ne veut pas retourner près d'eux, parce qu'il leur doit de l'argent. Il s'appelle Jules... Jules Darmanche ou Darvanche, quelque chose comme ça, enfin. Il parait qu'il a été riche un moment là-bas, mais vous voyez où il en est réduit maintenant.
    Mon père, qui devenait livide, articula, la gorge serrée, les yeux hagards :
    - Ah' ah, très bien... fort bien... Cela ne m'étonne pas... Je vous remercie beaucoup, capitaine.
    Et il s'en alla, tandis que le marin le regardait s'éloigner avec stupeur.
    Il revint auprès de ma mère, tellement décomposé qu'elle lui dit :
    - Assieds-toi ; on va s'apercevoir de quelque chose.
    Il tomba sur le banc en bégayant :
    - C'est lui, c'est bien lui !
    Puis il demanda.
    - Qu'allons-nous faire ?...
    Elle répondit vivement.
    - Il faut éloigner les enfants. Puisque Joseph sait tout, il va aller les chercher. Il faut prendre garde surtout que notre gendre ne se doute de rien.
    Mon père paraissait atterré. Il murmura :
    - Quelle catastrophe !
    Ma mère ajouta, devenue tout à coup furieuse :
    - Je me suis toujours doutée que ce voleur ne ferait rien, et qu'il nous retomberait sur le dos ! Comme si on pouvait attendre quelque chose d'un Davranche !... Et mon père se passa la main sur le front, comme il faisait sous les reproches de sa femme.
    Elle ajouta :
    - Donne de l'argent à Joseph pour qu'il aille payer ces huîtres, à présent. Il ne manquerait plus que d'être reconnu par ce mendiant. Cela ferait un joli effet sur le navire. Allons-nous-en à l'autre bout, et fais en sorte que cet homme n'approche pas de nous !
    Elle se leva, et ils s'éloignèrent après m'avoir remis une pièce de cent sous.
    Mes soeurs, surprises, attendaient leur père. J'affirmai que maman s'était trouvée un peu gênée par la mer, et je demandai à l'ouvreur d'huîtres :
    - Combien est-ce que nous vous devons, monsieur ?
    J'avais envie de dire : mon oncle.
    Il répondit :
    - Deux francs cinquante.
    Je tendis mes cent sous et il me rendit la monnaie.
    Je regardais sa main, une pauvre main de matelot toute plissée, et je regardais son visage, un vieux misérable visage, triste, accablé, en me disant :
    "C'est mon oncle, le frère de papa, mon oncle !"
    Je lui laissai dix sous de pourboire. Il me remercia :
    - Dieu vous bénisse, mon jeune monsieur !
    Avec l'accent d'un pauvre qui reçoit l'aumône. Je pensai qu'il avait dû mendier, là-bas !
    Mes soeurs me contemplaient, stupéfaites de ma générosité.
    Quand je remis les deux francs à mon père, ma mère, surprise, demanda :
    - Il y en avait pour trois francs ?... Ce n'est pas possible.
    - J'ai donné dix sous de pourboire.
    Ma mère eut un sursaut et me regarda dans les yeux :
    - Tu es fou ! Donner dix sous à cet homme, à ce gueux !...
    Elle s'arrêta sous un regard de mon père, qui désignait son gendre.
    Puis on se tut.
    Devant nous, à l'horizon, une ombre violette semblait sortir de la mer. C'était Jersey.
    Lorsqu'on approcha des jetées, un désir violent me vint au coeur de voir encore une fois mon oncle Jules, de m'approcher, de lui dire quelque chose de consolant, de tendre.
    Mais, comme personne ne mangeait plus d'huîtres, il avait disparu, descendu sans doute au fond de la cale infecte où logeait ce misérable.
    Et nous sommes revenus par le bateau de Saint-Malo, pour ne pas le rencontrer. Ma mère était dévorée d'inquiétude.
    Je n'ai jamais revu le frère de mon père !
    Voilà pourquoi tu me verras quelquefois donner cent sous aux vagabonds.

  • 上一篇文章:

  • 下一篇文章:
  • 【字體: 】【發表評論】【加入收藏】【告訴好友】【打印此文】【關閉窗口

    ---------------------------------------------------------------------------------------------

    ●免責聲明: 本站的資源都來自網上收集或網友上傳,其版權歸作者本人所有,如果有任何侵犯您權益的地方,請來信告知我們,我們將在3個工作日內刪除,謝謝。

    ---------------------------------------------------------------------------------------------

    “法語助手”授權法語在線辭典:

    輸入要查找的單詞

    輸入要查找的變位

    提示:輸入法語字符時可以用相應的英語字母替代 例如查找être只需輸入etre即可

    法 語 工 具

    法語學習網址收藏
    免費制作個人簡歷
    免費法語在線詞典
    法語網頁在線翻譯
    免費法漢漢法詞典
    免費英語在線詞典
    免費法語廣播收聽
    法語翻譯:

    最 新 文 章

     錦正茂科技有限公司
     從法國媒體的“政治正確”說開去
     中國三維地圖-中國電子地圖-公交線路查詢-456地圖-地圖
     新東方法語一月通1.1課
     功夫之王在線觀看-電影下載-迅雷下載-
     學習法語26個字母歌(兒童版)
     法國最受歡迎電影32首主題曲
     中國國歌《義勇軍進行曲》的法文版
     《新無國界法語》mp3課文下載(全)
     [分享]《法語》第一冊學習筆記

    最 新 推 薦

    相 關 文 章

    沒有相關文章

    最 新 調 查

     沒有任何調查
    快來投出自己關鍵的一票吧!

    ·法語音標問題·最美麗的法語單詞·法語入門教程?哪個好·法語翻譯 請盡快
    ·我把法語翻譯成中文誰給我翻譯下·幾個法語翻譯·幫忙用法語翻譯一下·法語音標發音mp3
    ·想做個專業法語翻譯·法語的語序和英語一樣嗎?若把法·麻煩懂法語的朋友用法語翻譯以下·法語翻譯 急~
    ·求法語翻譯“關于注冊的”·緊急求助:簡單的法語翻譯!!!·法語翻譯一個名詞解釋·如何用法語翻譯
    ·法語翻譯。。。·法語翻譯~~~·急求法語翻譯·急求法語翻譯!!!
    ·法語翻譯成中文,謝謝!·法語翻譯(中翻法)·法語學習?·求助法語翻譯,不甚感激
    ·誰能幫忙做下法語翻譯,謝謝~~~·法語學習到哪里·急求法語翻譯啊。。。。。。·求助法語翻譯句子.中譯法
    ·如何在2個月時間里快速提高法語翻·法語翻譯,緊急翻譯下邀請函,謝·法語翻譯有什么職業前景 例如:可·法語翻譯是什么基礎啊?
    ·關于拿破侖一句話的法語翻譯·”一切都會好的”  求法語翻譯·幫我用法語翻譯下文章啊,明天有·幾個簡單的法語翻譯 寫信時用的,
    ·求法語翻譯…………·法語學習方法·法語翻譯一個句子·誰會法語翻譯啊
    ·法語翻譯,馬上要,立即采納!!·從零開始學法語???·法語翻譯。。求助。。·急求法語翻譯:
    ·法語翻譯,請高手進,謝謝~~!!!·法語翻譯 一家新店開業,寫的一些·不想煩惱太多的過去,但是總有那·求助:用法語翻譯一段自我介紹
    ·專業法語翻譯·法語學習.·一些關于貓的法語翻譯·法語翻譯,化妝品上的
    ·如何做好法語翻譯工作?謝謝回答·小文章法語翻譯·請教一段法語翻譯·關于法語學習問題
    ·法語學習網站·我要學法語·高分法語問題·我想學法語!!!
    網友評論:(只顯示最新10條。評論內容只代表網友觀點,與本站立場無關!)
    ●法語學習網-法語沙龍[ www.sfsgtt.tw ]里提供的法語歌曲、法語電影、法語聽力資料均為免費下載,一般集中在兩個欄目里[如下],一般要求免費注冊成為會員。
    1.法語視聽 /Article/ShowClass.asp?ClassID=9
    2.法語資料下載 /Soft/Index.asp
    ●下載形式有兩種:
    1.常規下載:可以用常用的下載工具下載[flashget 網絡螞蟻 迅雷等,右鍵 ‘目標另存為’也行]
    2.BT下載:即使用bt下載工具下載本站資料,一般使用emule[電騾] 這需要你先安裝emule,然后點emule的專用下載地址 附:eMule主頁 下載eMule 使用指南 
    ●法語沙龍的站內資源具有時效性,站內文章發表的時候都是可以下載的,如果某資料始終不能下載,原因是你來的太晚了,下載地址失效了:)
    安徽十一选五开奖结果走势图